Publié le

« L’histoire extraordinaire d’une tribu de locavores francilien »

Dans le cadre du lancement du prochain livre de Dominique Paoluzzo, l’histoire fabuleuse d’une tribu de locavores franciliens, une collecte a été lancée sur la plateforme de financement Kiss Kiss Bank Bank.
Cet ouvrage raconte l’aventure de la fondation de l’Amap (Association pour le Maintien d’une Agriculture Paysanne) Sceaux et Brouettes, de l’idée de départ au lancement du projet, en passant par la recherche d’un agriculteur et la diversification au-delà des légumes.
Il sera présenté le samedi 7 mai lors du salon du naturel à l’ancienne marie de Sceaux.

La collecte servira à financer l’édition du livre, publié aux éditions Transbord’Art. Elle pourra aussi permettre la diffusion du livre et même la diversification des partenaires de l’AMAP.

http://www.kisskissbankbank.com/fr/projects/l-histoire-fabuleuse-d-une-tribu-de-locavores-franciliens

Large_tribu_locavores-page-001-1457214426-1457214449

 

Publié le

Aussi loin que remonte ma mémoire, je rencontre la fascination de la parole… Les mots en chapelets murmurés et redits sans lassitude.

Petite fille, j’écrivais des phrases inventées, pour les ériger en magie, sur des bouts de cahiers à carreaux violets. Je les pliais soigneusement jusqu’à ce qu’ils deviennent de petits carrés résistants et durs au creux de la paume. J’allais les cacher dans l’écorce des arbres, sous les haies ou dans les massifs du jardin public où ma mère m’emmenait jouer le jeudi après-midi, le « mercredi » de mon enfance !

Retour des mots à la terre nourricière qui les avait produits.

Le temps a passé et je me suis adonnée presque chaque jour à ce plaisir secret de l’écriture, en fil conducteur, sur mes itinéraires parallèles.

Je me suis ainsi attachée à la parole et au livre qui la concrétise ou la transmet comme à une patrie de cœur, le verbe en support de la pensée pour reconstruire les paysages abstraits successifs qui se déroulent de l’antiquité à nos jours, pour m’y retrouver et pour m’y perdre.

Mes vues imprenables sur les plaines et les collines se sont laissées envahir par des taillis et des forêts de plus en plus denses qui relancent sans cesse mes envies de découverte, mes mots en coupe-coupe pour m’ouvrir un chemin dans toutes les sortes de jungles.

J’ai couru le monde de l’Afrique à l’Asie, de l’Amérique au Moyen-Orient, pour travailler surtout, enseignant le droit dans des universités placides ou perturbées par le tir des fusils, et j’ai continué dans le décor aseptisé des institutions universitaires françaises, où les blessures bien que profondes, passent plus inaperçues car elles saignent beaucoup moins.

Pendant tous ces jours que je ne sais plus compter, je me suis astreinte à toutes les contraintes du quotidien, l’écriture comme un viatique… Incognito !